LIVRAISON GRATUITE pour tout achat de 60$ et plus

Entrée au noviciat de F. Raphaël

Publié le 7 mai 2019Mots-clés:

Cher Frère Raphaël,

Saint Bernard se posait régulièrement la question : « Bernard, pourquoi es-tu venu ici ? » Cette question mérite toujours d’être posée. L’un des premiers soucis de saint Benoît dans sa Règle est de refuser l’entrée facile au monastère. Si tu regardes rapidement ton parcours, tu pourrais te dire : il y a à peine deux mois que je suis ici et me voilà déjà prêt à commencer mon noviciat. Ce n’est pas trop difficile. Ce serait là une lecture rapide car en réalité, ta véritable histoire avec nous a commencé bien avant ton arrivée ici. Tu as fait d’autres choix, tu es revenu auprès de tes responsables à six reprises pour envisager de venir faire un essai parmi nous puis finalement cela a pu se concrétiser. En fait, c’est Dieu lui-même t’a fait vivre ce que saint Benoît recherche en rendant l’entrée assez difficile.

Tu as dû faire un discernement pour découvrir quel était ton appel véritable. Et tu le sais, tu le vis encore, chaque fois que nous sommes confrontés à notre propre vérité, il y a des illusions qui tombent, une manière de voir Dieu, une manière de se comprendre soi-même qui sont remises en question. Parfois c’est dur mais c’est le seul moyen pour atteindre en nous la source d’eau vive qui peut étancher toutes nos soifs, c’est le seul moyen aussi pour entendre cette voix intérieure qui parle en nous quand nous faisons silence et la laissons parler.

Tu es venu au monastère pour changer de vie. Saint Benoît donne toutes les qualités requises pour devenir un bon novice : chercher vraiment Dieu, être empressé à l’œuvre de Dieu, à l’obéissance, aux humiliations (on dirait aujourd’hui plus volontiers : la capacité de rire de soi-même quand il le faut). Mais au-delà de ces qualités, il établit deux  dispositions fondamentales pour devenir un bon moine.

La première attitude, c’est le rapport au temps. Comment tu as fait face aux difficultés qui t’empêchaient de venir ici ? Tu as appris que vivre incarné dans le temps, ce n’est pas toujours faire tout de suite tout ce que l’on veut ou ce que l’on rêve. C’est plutôt accepter de mûrir, de grandir, d’apprendre. Nous sommes une « école de charité », une « école du service du Seigneur ». L’attitude de base dans une école, c’est la capacité d’apprendre et la disponibilité pour apprendre. Dans tout apprentissage, il y a aussi des erreurs, des reprises, des replis stratégiques, des passions. Tout cela demande du temps et une vertu qui est plus rarement celle des jeunes : la patience.

Plus tu vas connaître la pensée spirituelle de saint Benoît, plus tu vas découvrir la place très importante qu’il accorde à la patience. Pour lui, vivre le mystère pascal, partager les souffrances du Christ pour avoir part à son règne, ne se fait pas par la prière, l’humilité, le silence, l’obéissance, l’ascèse… mais d’abord et avant tout par la patience comme il le dit à la fin du prologue de la RB et comme il le reprend au chapitre 72 sur la façon dont les moines doivent supporter leurs infirmités mutuelles : avec une extrême patience. Et l’exercice de la patience commence sur le terrain le plus difficile : soi-même, être patient avec soi-même.

La deuxième attitude requise, c’est l’ouverture à cet ancien dont saint Benoît dit qu’il doit être apte à gagner les âmes et qui s’occupera des novices avec grande sollicitude. Dans cette relation, tu vas apprendre à devenir disciple non pas de ton père-maître, aussi saint soit-il, mais du Christ dont il saura t’indiquer comment le suivre sur les chemins de l’Évangile et dans la voie cistercienne. Cette ouverture du cœur est pour toi le chemin le plus sûr pour apprendre et pour grandir.

Frère Raphaël, tu commences une nouvelle étape de vie avec nous. En prenant aujourd’hui notre habit de moine, tu t’intègres davantage dans notre communauté. Tu vas découvrir peu à peu la force d’appartenir à un corps, c’est là aussi un apprentissage et une expérience de vie qui contribuera à te faire mieux saisir ce qu’est le Corps du Christ. Une communauté, c’est une parabole vivante qui cherche à dire, par sa louange et par toute sa vie, que le Christ Jésus est là, présent et vivant, et qu’il est bon de vivre en frères, ensemble, avec lui et pour lui.

Tu as entendu parler de saint Raphaël, un jeune moine de notre Ordre canonisé en 2009 et dont c’était la fête hier, tu as entendu parler des moines de Tibhirine qui viennent d’être béatifiés en décembre 2018. Tu vas découvrir de très nombreuses autres figures de saints moines de notre Ordre. Tant mieux si l’un ou l’autre t’inspire, mais le plus important c’est que tu deviennes toi-même car Dieu en te créant à son image et à sa ressemblance a mis en toi des traits uniques que tu seras toujours le seul à pouvoir révéler aux autres. Alors deviens qui tu es. Nous, nous allons prier pour toi et demander à Dieu… de mener à sa plénitude ce qu’il a lui-même commencé en toi…

The contents of your info box. It's very easy to create and customize.