Historique

Les saints: Robert, Albéric et Étienne, Fondateurs de Cîteaux. Sculpture au Val Notre-Dame.

Grands jalons de notre histoire

La vie monastique telle que vécue à l’Abbaye Val Notre-Dame de Saint-Jean-de-Matha depuis mars 2009, s’origine dans la Règle bénédictine. Cette petite Règle pour débutant, comme la nomme son auteur, fut écrite au VI ième siècle par Benoît de Nursie, le père des moines d’Occident.

Longtemps appliquée dans les monastères d’Europe aux côtés d’autres règles monastiques, elle devient la seule en vigueur dans tous les monastères à partir du IX ième siècle. C’est à Cluny, grand monastère bénédictin de France au X ième siècle, qu’elle atteint son apogée. En 1098, 21 moines du monastère bénédictin de Molesmes voulant vivre la Règle de plus près et dans une plus grande solitude, se retirent dans les contrées sauvages de Cîteaux. D’où la naissance de l’Ordre cistercien, avec les saints Robert, Albéric et Étienne, auxquels viendra se joindre le plus populaire saint Bernard de Clairvaux.

Au XVII ième siècle, suite aux aléas de l’histoire, l’Ordre cistercien s’est passablement éloigné de l’observance intégrale de la Règle de saint Benoît. Apparaît alors une autre grande figure monastique: Armand Jean de Rancé, l’Abbé tempête comme on la dénommé, le réformateur du monastère de La Trappe en France. De cette réforme sont sortis ceux et celles qu’on appelle les Trappistes.

En 1881, faisant face à des menaces d’expulsion d’un gouvernement anti-religieux, les moines trappistes du monastère de Bellefontaine, toujours en France, font une fondation au Canada, à Oka. Connu sous le nom de La Trappe d’Oka, ce monastère atteindra son apogée dans les années 1950 avec un total de 177 moines et deviendra célèbre grâce à son fameux fromage: le fromage d’Oka.

En 2002, la communauté comptant à peine une trentaine de moines, les locaux étant devenus trop grands et l’environnement assez bruyant, les moines optent pour un transfert. La région de Lanaudière est choisie et les moines viennent s’établir au Val Notre-Dame au pied de la Montagne-Coupée. C’est dans ce cadre enchanteur et dans un monastère lumineux aux lignes sobres et avant-gardistes qu’ils continuent à chercher Dieu toujours sous la conduite de la Règle de saint Benoît.