33e Dimanche du temps Ordinaire C

20 novembre 2016

Frères et soeurs,,

Ces paroles de Jésus au sujet de la destruction du temple de Jérusalem ont du sonner aux oreilles des disciples comme un coup de tonner dans un ciel bleu. Pensez dont : La destruction du Temple était en effet la pire des catastrophes qui puisse se produire à Jérusalem, le plus pire malheur qui puisse s’abattre sur Israël. Ce Temple, dont les disciples admiraient les pierres était déjà à leur époque considéré comme l’une des merveilles du monde. Avec ses murs de marbre blanc et son toit recouvert de feuilles d’or, le temple de Jérusalem brillait tellement dans la lumière du matin qu’il aveuglaient les pèlerins en provenance du Mont des Oliviers.   Imaginez : des pierres de soutènement pesaient jusqu’à 40 tonnes. Quelle impression de solidité!!

Et ce n’est pas tout. Ce temple recouvert de marbre et d’or qui faisait déjà la gloire d’Israël, était aussi et surtout l’unique demeure de Dieu parmi les hommes. Le seul endroit au monde où l’on pouvait venir offrir des sacrifices au Dieu vivant et trois fois Saint. Les disciples ont du penser que Jésus devait être bien déprimé ce jour là pour aller qu’un jour viendrait où il n’en resterait plus un jour pierre sur pierre.

Et pourtant Jésus était loin d’être déprimé, Il débordait plutôt d’espérance. En leur prédisant la destruction du Temple de Jérusalem, Jésus leur annonçait un Bonne Nouvelle. Il leur annonçait la Bonne Nouvelle des temps nouveaux, et d’une ère nouvelle.

Il était fini le temps où l’on devait monter à Jérusalem chaque année pour offrir des sacrifices pour ses péchés. Désormais, par l’unique sacrifice de la croix, Jésus s’offrait Lui-Même une fois pour toute pour le pardon de tous les péchés. De plus avec la venue de l’Esprit Saint au jour de la Pentecôte, tout homme et toute femme pourrait devenir un temple vivant de la Divinité. Dieu présent non plus seulement au Temple de Jérusalem, mais désormais en tout homme et en toute femme. Quelle bonne Nouvelle, Quelle nouvelle extraordinaire.

L’annonce de la destruction du temple de Jérusalem était donc loin d’être l’annonce d’une mauvaise nouvelle. Elle était plutôt l’annonce d’une Bonne Nouvelle. L’Ancienne Alliance représentée par le Temple et ses sacrifices était remplacée par l’ Alliance nouvelle et éternelle dans le sang de Jésus. Les temps nouveaux étaient arrivés, une ère nouvelle allait commencer: celle de l’Église.

Frères et soeurs,

Dieu ne permet jamais la destruction pour la destruction. S’Il a permis au cours de l’Histoire la destruction de bien des civilisation, et s’Il permet encore aujourd’hui des destructions autour de nous et parfois même en nous, c’est toujours pour construire du neuf, du plus grand et du plus beau. Si nous ne lâchons pas sa main, nous traverserons avec sérénité tous les changements qui bouleversent notre société et même nos propres vies. Nous ne comprendrons pas toujours ce qui arrive, ni le pourquoi de ce qui arrive mais toujours nous saurons qu’avec Dieu le plus beau est toujours à venir et le meilleur toujours en avant.

f. Bruno-Marie

 

 

.